Ce que Veulent les hommes
« Ce que veulent les hommes », avec Taraji P.

 

 

Vous souvenez-vous du film « Ce que veulent les femmes » sorti en 2000 ? L’histoire d’un coureur de jupons qui du jour au lendemain pouvait lire dans la tête des femmes et du coup les comprendre. La version féminine est sortie en février 2019 : Taraji P. campe le rôle d’une femme qui veut désespérément réussir dans un monde d’hommes et qui par de fortuits évènements, arrive du jour au lendemain à entendre leurs voix intérieures.

Cette adaptation 2.0 démontre que 20 ans après le même problème se pose : comment comprendre le sexe opposé ? ET donc comment communiquer avec lui ? Après tout, les Hommes viennent de Mars et les Femmes de Vénus… (ou pas mais c’est une autre histoire). Toujours est-il que d’après les théories évolutionnistes, les femmes parlent beaucoup parce qu’elles restaient dans la caverne pour s’occuper des enfants tandis que les hommes allaient à la chasse. Une histoire d’ADN datant de l’apparition de l’Homo Sapiens.

Ayant surtout connu des couples où les deux partenaires parlent en continu et partagent une grande complicité, j’ai voulu me pencher il y a deux jours sur ces couples où l’un des deux partenaires ne parle pas ou peu.

Comment fait-on quand la parole se fait rare ? Comment se faire comprendre ? Comment comprendre l’autre ? Cela me semblait de prime abord compliqué bien trop compliqué, peut-être mission impossible… J’ai posé la question aux internautes.

 

https://twitter.com/Ma_ow/status/1310686441236762629?s=20

 

Une première chose m’a frappée : le « problème » semble récurrent. J’ai reçu une trentaine de réponses en 24h. Mais aussi des anecdotes cocasses qui témoignent d’une recherche d’équilibre au sein du couple, souvent pour se compléter, souvent pour se compenser voire juste exister. Une seconde chose m’a frappée : le problème n’en est pas vraiment un, le bavardage de l’un meuble le silence de l’autre

 

https://twitter.com/RaoulFongue/status/1311025544318910466?s=20

Et les non bavards jouent le jeu…

https://twitter.com/IamVudrey/status/1310846656942936071?s=20

… hommes comme femmes…

https://twitter.com/CNanfack/status/1310690180312059904?s=20

 

Etre le bavard finalement, c’est parler pour les deux. Et si le non bavard se complaisait dans le rôle d’écoute ? Dans le rôle de l’oreille attentive qui satisfait son partenaire grâce à une simple écoute… Quel incroyable super pouvoir : avoir la capacité de laisser l’autre être. Mieux encore fixer des règles qui permettent au bavard de suivre un fil : contracte ton histoire, essaie d’aller au but, écoute moi aussi. Parce que oui, les non bavards parlent aussi quand on aborde leurs passions et leurs sujets favoris. A dose modérée certes…

https://twitter.com/Jessica_Ngoua/status/1310705025350602753?s=20

C’est aussi là apprend on, qu’intervient la puissance de la communication non verbale. Avec une parole bien placée, un sourire de convenance, un hochement de tête compréhensif… le non bavard communique plus qu’en une longue conversation avec le bavard qui sait décrypter ses non dits.

Au final, on en serait à se demander si les fondements des couples binaires ne sont pas plus assis et plus inscrits dans la durée que ceux des couples complices. Parce qu’au final, comprendre et apprécier son opposé c’est chaque jour aller au delà de soi, hors de sa zone de confort

Qu’en dites-vous ?

Pour les spécialistes, les chiffres ne sont guère satisfaisants. D’après les statistiques de la dernière enquête démographique et de santé en 2018 au Cameroun, à peine 30% des nourrissons de 0 à 5 mois sont sous allaitement maternel exclusif.

La Société camerounaise de médecine périnatale (SCMP) rappelle que le taux devrait se situer à 50% au moins jusqu’à six mois et note que « seulement 17% de mères pratiquent l’allaitement exclusif ». En outre, 70% des mères qui nourrissent au lait maternel leurs bébés ajoutent des aliments comme la bouillie, alors que le nouveau-né est dépourvu d’enzymes pour digérer les compléments alimentaires à cet âge ! Une pratique qui pourrait causer des risques d’allergies, d’infections et de malnutrition chez les nouveau-nés.

Sensibiliser sur l’importance de l’allaitement maternel

A l’occasion de la semaine mondiale de l’allaitement maternel, une campagne de sensibilisation a été organisée dans la ville de Douala sur l’importance de l’allaitement exclusif, qui suppose que le nourrisson n’absorbe que du lait maternel pendant 6 mois a partir de sa naissance.

A l’aune de la commémoration de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, Henrietta H. Fore, Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), appellent « les gouvernements à promouvoir l’allaitement maternel exclusif ».

70% des mères qui nourrissent au lait maternel leurs bébés ajoutent des aliments comme la bouillie. Erreur 

Informer sans relâche

Comment? Il faudrait « investir pour que des conseils qualifiés sur l’allaitement maternel soit à la disposition de toutes les femmes; en formant les agents de santé, y compris les sages-femmes et les infirmières, pour dispenser des conseils sur l’allaitement aux mères et aux familles; en s’assurant que les conseils sont offerts dans le cadre de services de santé et de nutrition de routine facilement accessibles ».

Mais aussi travailler en partenariat avec la société civile et les associations de professionnels de la santé, en établissant des systèmes de collaboration solides pour fournir un accompagnement approprié, et protéger les agents de santé de l’influence de l’industrie des aliments pour bébés. C’est en étant informées de l’impact sur la santé de leur bébé que les femmes pourront faire librement le choix qui leur revient.

Source: AlloDocteurs Africa