Quand partir à la maternité?

Ca y est ! Vous êtes au terme de votre grossesse. Vous avez déjà préparé votre sac pour la maternité, la chambre de bébé est prête. Vous attendez impatiemment de tenir votre petit bout dans vos bras Et cipiter à la maternité ou attendre que l’épisode de votre série préférée se termine ? Ne paniquez pas, on vous dit tout sur les signes d’un accouchement imminent.

Le faux travail

Au cours du dernier mois de grossesse, la future maman est souvent prise de douleurs utérines plus ou moins dont l’intensité peut varier. Il peut être tentant de se rendre à la maternité dès les premiers tiraillements mais il s’agit en réalité de simples contractions traduisant un « faux travail ». Votre utérus se contracte et vous ressentez souvent des douleurs qui s’apparentent à de légères douleurs de règles. C’est votre utérus qui s’entraîne pour le Jour J . Ces « fausses » contractions surviennent généralement en fin de journée lorsque la maman est fatiguée. Elles surviennent généralement à partir du septième fois de grossesse.

Comment reconnaitre un faux travail ?

La plupart du temps ces fausses contractions se traduisent par des réactions physiologiques : une douleur d’un côté ou de l’autre du dos, le ventre qui durci pendant environ une minute, et vous constaterez qu’elles ne sont ni régulières ni constantes. Pour les calmer, vous pouvez prendre une douche ou un comprimé antispasmodique comme le Spasfon. Si les douleurs s’arrêtent alors vous n’avez rien à craindre. Si toutefois, les douleurs s’intensifient et que vous ne parvenez pas à les identifier, rendez-vous à l’hôpital. Rassurez-vous, le personnel médical à l’habitude des mamans inquiètes vous ne serez en aucun cas ridicule.

La perte des eaux

Vous voyez ces films où l’actrice perd les eaux de manière théâtrale ? Un déluge qui signifie au partenaire qu’il est temps de paniquer ? Dans la vraie vie, la perte du liquide amniotique n’est pas toujours aussi bruyant. Il peut aussi s’écouler en douceur. Il est reconnaissable à son aspect semblable à de l’eau et à sa tiédeur. Il arrive aussi que la poche des eaux ne se rompe pas en une fois mais se fissure progressivement. Dans ce cas l’écoulement ne se fait pas en un seul jet mais en plusieurs petites coulées similaires à des fuites urinaires. Il recommandé ici de mettre une serviette hygiénique pour éviter l’entrée dans le vagin de bactéries. Cela permettra aussi de mesurer la quantité ainsi que la fréquence des coulées. Si votre serviette hygiénique est très mouillée par un liquide incolore et que vous deviez la changer toutes les heures à toutes les 30mn alors il s’agit bien de la perte du liquide amniotique. Ce dernier est parfaitement inodore et incolore, vous ne pourrez donc pas le confondre à des fuites urinaires qui elles sont jaunes et ont une odeur âcre. Si vos eaux ont une couleur verdâtre alors courez vers la maternité : votre bébé en souffrance foetale, a relâché son méconium dans les eaux pour vous signifier qu’il y a un problème.

A partir du moment où vous avez perdu les eaux, vous devez vous rendre immédiatement à la maternité. Votre bébé n’est plus protégé et le travail ne va plus tarder. Eviter les routes caillouteuses cela ne fera que précipiter la perte du liquide amniotique et privilégiez la position semi-assise ou allongée pour le transport. Toutefois, si au bout de 6h le travail n’a pas démarré, les médecins devront déclencher l’accouchement. Vous ne pouvez pas faire plus de 48h avec une poche des eaux rompue. Jusqu’au moment de la délivrance, il vous sera interdit de manger mais vous pourrez boire de l’eau en petite quantité.

Les « VRAIES » contractions

Les véritables contractions donnent le top départ pour la maternité. Elles sont facilement reconnaissables. Elles sont similaires à des règles très douloureusess et s’intensifient au fil des minutes. Encore une fois, chaque femme réagit différemment. Les plus chanceuses auront un travail rapide (mais plus intense)en moins de 10h, avec des contractions longues et peu espacées. D’autres par contre entreront dans un travail long et progressif avec des contractions peu intense et à de larges intervalles.

Au début, il s’écoulera 30 minutes entre chaque contraction, puis vous sentirez ces contractions toutes les 15 minutes, puis toutes les 10 minutes et lorsque les contractions se manifesteront à 5 minutes d’intervalle, sur plus d’une heure, il sera temps pour vous d’aller à l’hôpital et d’accueillir bébé. Contrairement au faux travail, rien ne peut calmer les vraies contractions. Elles seront de plus en plus douloureuses et de plus en plus longues. En comparaison, elles sont comme une vague, qui monte crescendo. La douleur est d’abord très légère et s’accentue au fil des secondes jusqu’à atteindre son summum, elle redescend ensuite telle une vague qui se retire du littoral.

Ne focalisez pas votre esprit sur la douleur ou sur la crainte de la prochaine contraction. Le stress ne fera qu’augmenter la douleur. Profitez plutôt pour reprendre votre souffle et dites-vous bien que la prochaine contraction vous rapproche de la venue de votre bébé.