Voir, trop jeune, un parent partir n’est pas dans l’ordre des choses. Petits, nous imaginons nos parents nous accompagner dans les plus grands moments de notre vie : le Bac, l’Université, le mariage, les bébés… Les réalisations suggérées par la Société. Et pourtant, les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaite…

Mon père fut hospitalisé en plein saison sèche. Et pourtant j’avais tout le temps froid. Je me souviens de ce jour où s’un ton enjoué, il me félicitait pour la réussite de mon examen. Avant de me demander si la maison était bien rangée : son état s’était drastiquement amélioré et il avait hâte de rentrer auprès des siens. Les blagues fusaient et c’était bon de le voir rire. Je le quittai le cœur léger en pensant à quel point il était bon de le voir heureux. Le plus dur était derrière nous…


Croyais-je… : quelques heures plus tard les médecins nous convoquèrent pour nous dire que son état s’était dégradé. 24 heures plus tard, par une nuit sans vent, il rendit l’âme.


Stupeur, déni, rejet : la nouvelle transperça mon coeur comme une flèche me laissant dévasté par des sentiments d’échec, de désespoir et d’abandon. Je me sentais abandonné. Par mon père, par la vie. Et au milieu, cette interrogation qui me taraudait le cerveau : “que sera mon avenir maintenant que mon Père n’est plus ?”
Avez-vous déjà eu à vous poser cette question ? Ou peut-être avez-vous déjà perdu un être cher ? Dans tous les cas, voir mon père partir, c’était aussi voir tous mes rêves s’envoler, mon avenir compromis et ma confiance s’ébranler Ma vie changeait du tout au tout…

Mon parent, celui qui devait prendre soin de moi, faire des sacrifices pour m’apporter le meilleur, se priver pour subvenir à mes besoins n’était plus. Mon lion n’était plus. Dans la savane, le lion et le lionne veillent farouchement sur leurs petits. Si le lion est terrassé alors le lionceau doit sortir les griffes et se battre. Remonter la pente et m’en sortir devint vite une obsession qui me permettait, tant bien que mal de fuir la douleur. Il était temps pour moi de devenir responsable, m’en sortir par mes propres moyens et utiliser l’éducation que m’avait légué mon père pour être une personne bien. C’est à ce moment que j’ai eu la plus grande leçon de ma vie : on ne peut contrôler ce qui nous arrive dans la vie. Qu’importe votre niveau d’études, votre rang social, vos moyens financiers…

Mais on peut contrôler comment on y réagit et ce que l’on en fait. Tout est dans l’attitude comme l’indique cette formule de Zig ZIGLAR, VIE = EVENEMENTS + REACTIONS


Je sais combien la perte d’un peut déstabiliser la vie d’un enfant. Chez nous, on épargne peu et on souscrit tout aussi peu aux assurances décès. Les problèmes liés à l’héritage sont légions et cela prend des décennies avant que l’on ne puisse toucher un quelconque leg. Mais ne perdez pas espoir. Vous êtes le capitaine de votre vie. Pour y arriver je partage avec vous des conseils pratiques que j’ai eu à appliquer :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *