Le toghu est un tissu traditionnel tissé aux alentours de la ville de Bamenda au Cameroun, pays d’Afrique central. Il est porté par les membres de la royauté et les notables (personnes importantes de par leur situation sociale) des villages.

Le toghu est réalisé avec du velours noir, sur lequel sont bordés main des motifs et ornements aux couleurs jaune, rouge, orange et blanc. Les broderies peuvent être sous plusieurs formes : losanges, étoiles… Le contraste entre le fond noir et les couleurs chatoyantes des broderies rend cette étoffe très jolie.

Cette étoffe, portée en tant que tunique longue lors de célébrations par les Bamilékés, groupe ethnique de la région Grassland, à l’ouest du Cameroun,, se décline de nos jours sous différentes formes (jupes, robes, hauts…) et de nombreuses stars, telles que Stevie Wonders n’hésitent plus à la revêtir.

Malgré ce que l’on pourrait penser, le Toghu n’est pas méconnu du grand public : en effet, l’équipe du Cameroun l’arborait avec fierté lors des Jeux olympiques de 2012 à Londres et de 2016 à Rio. Une apparition qui n’est pas passée inaperçue car elle a pu mettre en lumière le Cameroun, l’Afrique et son savoir-faire.

Le toghu aujourd’hui

Dans sa version modernisée, le toghu prend plusieurs formes suivant l’inspiration de l’artisan. Aussi, l’utilisation au quotidien a nécessité de remplacer le velours par des étoffes moins lourdes.

L’un des premiers axes de modernisation est l’utilisation du tissu dans des coupes de vêtements modernes. Exit la tunique large et place à des tenues stylées et habillées.

Les marques camerounaises comme Soh Cameroun ou encore I’am ont su l’utiliser afin de le rendre beaucoup plus  « à la mode » et en faire des tenues portées avec fierté.

A noter que certaines versions de toghu proposées par des marques sont en fait des versions wax (du tissu imprimé donc, plutôt que du fil brodé sur le tissu), comme c’est le cas pour d’autres textiles africains, dirons-nous.

Source: Lokodia.com

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *