Au quotidien, plusieurs phénomènes sont observés par des gens, qui disent avoir des rapports sexuels, et de manière régulière pendant leur sommeil. Ce phénomène est appelé « couches de nuit ». En effet, les professionnels (religieux, marabouts, tradithérapeutes, etc.) les assimilent à des êtres démoniaques, sorciers qui adoptent la physionomie des humains et des proches pour venir faire l’amour. Face à cette acception, quel est le regard psychologique des « couches de nuit »? les explications du Dr. Ovambe Mbarga, Psychologue clinicien.

Parfois, certains disent que ce sont des humains qui sortent de manière mystique de leur corps pour abuser d’autres personnes.Pour ceux-ci, les couches de nuit sont un phénomène paranormal ou mystique.

Maladie/imagination/rêve ? comment se comporter lorsqu’on en est victime? Pour la psychologie, avoir des couches de nuits, c’est faire des « rêves érotiques » (rêve qui a un rapport à l’amour ou qui traite de l’amour). De ce fait, le rêve a un sens, ce sens est une intention, un désir refoulé, c’est-à-dire un désir qui n’a pas pu être réalisé par le sujet. En effet, les rêves érotiques sont signifiants, signifiants d’une intention de l’inconscient. Loin d’être dus au hasard, et indignes d’être étudiés, ils sont révélateurs d’une intention, plus exactement d’un désir inconscient non réalisé (d’avoir des relations
sexuelles avec telle ou telle personne), donc caché à l’auteur de l’acte. Dire que les rêves érotiques ont un sens, cela signifie qu’ils sont logiques (mais l’inconscient a sa logique à lui-même) ; intelligibles, et qu’ils ont un rôle à remplir dans l’ensemble de la vie psychique.

Ainsi, ce phénomène constitue un compromis, ou, ce qui revient au même, des satisfactions substitutives, de remplacement. Autrement dit, chaque couche de nuit est l’accomplissement ou la réalisation (illusoire) de ce désir. Bref, cette signifiante activité psychique nocturne dispose d’un répertoire énorme, est capable de recréer tout ce que l’âme crée pendant son activité diurne, mais elle n’est jamais identique. D’après Freud (1917), c’est un retour sous forme de rêve, des pulsions que nous avons réprimées ou que
nous n’avons pas satisfaites à un moment dans la journée par exemple.

Renvoyées dans l’inconscient, elles reviennent pendant que notre capacité à gérer les pulsions diminue, quand nous sommes au repos. Cependant, les personnes qui en sont victimes doivent interpréter, analyser leur rêve, n’ont pas les expliquer ; car expliquer signifie ramener à ce qui est déjà connu. Interpréter le rêve érotique consistera à remonter le contenu « manifeste », c’est-à-dire ce que le rêve raconte effectivement (en général, une petite histoire, une sorte de mise en scène), aux idées « latentes » du rêve, c’est-à-dire à ce qui est caché et transposé dans
certains symboles du contenu manifeste.

Pour y parvenir, il est cardinal de solliciter l’expertise des psychologues cliniciens qui utilisent des techniques d’interprétation et d’analyse des rêves érotiques, techniques qui permettraient aux victimes de savoir ce qui
leur revient de faire surtout que la conduite psychologique à tenir n’est pas comme des pieres philosophales.

Par Dr Ovambe Mbarga, Psychologue Clinicien/Psychothérapeute. Président du Réseau Associatif des Psychologues Praticiens

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *